Rechercher

LE CHAUFFAGE AU BOIS

ANCESTRAL
Il y a 750.000 ans, des hommes préhistoriques se réunissaient autour d’un feu, à proximité d’un lac du Moyen-Orient, pour fabriquer des armes et faire cuire de la nourriture.Il s’agirait de la plus ancienne utilisation du feu en Europe et en Asie.
L’occupation de ce site remonterait à environ 790.000 années, selon l’équipe de chercheurs.Des restes de bois brûlé ont été mis au jour, ce qui accrédite la possible présence de foyers, et des petits morceaux de pierre découverts seraient la preuve de la fabrication d’outils.Le site en question comprenait aussi des preuves de la consommation d’aliments, dont des os présentant des marques d’entailles et des cassures pour pouvoir en extraire la moelle.
Plusieurs essences de bois étaient par ailleurs utilisées sur ce site pour faire les feux : saule, peuplier, frêne, olivier sauvage. Les chercheurs ont aussi découvert des preuves de la présence à cette époque d’avoine, de vigne, de gaillet, d’orge et de différents types d’herbes.


NATUREL
Le bois est un des rares matériaux 100 % naturel. En effet, c'est une matière ligneuse et compacte qui compose les branches, le tronc et les racines des arbres et des arbrisseaux. Ses principaux composants chimiques sont le carbone, l'oxygène et l'hydrogène. C'est également une matière organique principalement constituée de cellulose et de lignine renfermant un faible pourcentage d'éléments minéraux et d'une part d'humidité variable.


ECOLOGIQUE
Le chauffage au bois est écologique car son utilisation permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre et, de ce fait, de lutter efficacement contre le changement climatique. Pendant sa croissance, le jeune arbre absorbe du carbone, avec lequel il fabrique les cellules bois et rejette de l’oxygène dans l’atmosphère. Le bois est un véritable "puits de carbone" :  La production d'une tonne de bois absorbe 1,5 tonne de gaz carbonique et rejette 1,1 tonne d'oxygène dans l'atmosphère. Chaque année, près de 100 millions de tonnes de carbone sont ainsi absorbées par les forêts européennes.A la maturité de l'arbre, ce processus ralentit d'où la nécessité de replanter de jeunes arbres pour conserver cet équilibre.Pour en savoir plus :

Le label FSC

Pour tenter d’enrayer la destruction des forêts tropicales, l’écocertification est née après le Sommet de la Terre de Rio, en 1992. Elle est soutenue par les principales organisations non gouvernementales (ONG) (WWF, Greenpeace, et certains membres des Amis de la Terre). Le FSC, pour Forest Stewardship Council ou, en français, « Conseil de bonne gestion forestière », offre aux consommateurs la garantie que le bois utilisé dans la fabrication du produit provient d’une forêt gérée durablement (au niveau environnemental, social et économique). Les principes et  les critères du FSC s’appliquent à toutes les forêts de la planète : tropicales, tempérées et boréales, qu’elles soient anciennes (primaires) ou de plantation (secondaires). www.fsc.org 

ECONOMIQUE
Les consommateurs d’énergie font actuellement face à une sombre réalité : l’énergie coûte de plus en plus cher. Plusieurs motifs sont généralement avancés pour justifier cette tendance. On entend souvent parler de la hausse des prix à l’international, la raréfaction des énergies traditionnelles, l’augmentation de leur coût d’exploitation (salaire et main-d’œuvre, matières premières, services publics…), le vieillissement des centrales nucléaires, etc. Tout cela se reflète au quotidien par des hausses de prix incessantes. 
Le chauffage au bois est une véritable alternative économique reconnue et soutenue par l’Etat à travers le dispositif du crédit d’impôt développement durable qui constitue avec l’Eco-prêt à taux zéro un des principaux outils de financement de la rénovation énergétique. En 2012, le taux du crédit d’impôt sera de 15% (achat) et de 26 % (remplacement) pour les travaux concernant les poêles à bois, les inserts et les cheminées à foyer fermé.

RENOUVELABLE
Le bois est le seul matériau issu d'une ressource naturelle renouvelable : la forêt. Contrairement aux idées reçues, l'exploitation du bois n'est pas néfaste à la forêt, bien au contraire !La récolte du bois favorise le renouvellement régulier des forêts, à conditions qu'elles soient gérées durablement comme en France et les autres pays d'Europe : on prélève et on replante. Annuellement, les forestiers ne replantent pas moins de 80 millions d'arbres pour assurer une gestion durable des forêts françaises. 

DURABLE
La forêt française est belle, variée, très appréciée de nos concitoyens et nous offre, tant en plaine qu’en montagne, des paysages d’exception formant un écrin remarqué pour nos activités rurales, de tourisme et de nature. Mais la forêt est aussi la source d’une activité économique faisant vivre près de 450 000 personnes, emplois directs et associés.
Pour les forestiers, habitués au temps qui se mesure en décennies voire en siècles, le concept de développement durable semble être une bien vieille histoire.il apparaît déjà très nettement en mai 1346 dans l'ordonnance de Brunoy. Philippe VI de Valois y prescrivait "que les dites forêts et bois se puissent perpétuellement soutenir en bon état" portant ainsi les germes du concept de développement durable.
La gestion des forêts : Les trois-quarts des forêts sont privées (soit 11 millions d'hectares de la surface totale gérées par 3,8 millions de propriétaires), 10 % sont des forêts domaniales, propriétés privées de l'Etat et 16 % appartiennent aux collectivités locales (principalement aux communes mais aussi aux départements et aux régions). Ces forêts publiques sont gérées par l'ONF (Office nationale des forêts : http://www.onf.fr). Mais dans tous les cas, privées ou publiques, les forêts sont soumises à une réglementation qui fixe des objectifs à atteindre : production du bois, protection des sols, de la faune et de la flore, respect des paysages, accueil du public, etc. C'est la gestion durable des forêts.
Constituer une forêt durable c’est aussi gérer la forêt dans le respect de la biodiversité et del’adaptation au changement climatique.Enfin, choisir le chauffage au bois, c’est participer au développement durable de nos campagnes.